Navigation – Plan du site
Dossier
Enseigner les migrations internationales

D’une expérience (étudiante) de la diversité à la construction d’un regard scientifique

Alba Otero García

Entrées d’index

Index géographique :

France
Haut de page

Texte intégral

1Lors d’un cours de sociologie des migrations internationales, une question surgit dans la salle : lorsqu’un migrant décide de quitter son pays, la famille l’aide-t-elle économiquement ?. Une partie de la classe acquiesce, quelques-uns répondent, convaincus, à haute voix : bien sûr !.

2Cependant, un autre étudiant lève la main et prend la parole avec une certaine indignation : comment la famille va-t-elle l’aider ?. Il s’interroge et poursuit : elle n’a pas les moyens d’y participer. Elle a d’autres responsabilités. Pendant quelques minutes, un intense débat prend place autour des ressources économiques des familles, du coût de l’émigration, du voyage et des dépenses, etc. Cela sans arriver à un consensus. Puis, subitement, une étudiante intervient avec une question qui relance le débat : de quelle famille parle-t-on : de la famille en Afrique, en Amérique du Sud, en Europe ?. Cette réflexion soulève la question clé de la discussion : qu’est-ce que la famille ? Le premier étudiant, qui a grandi au Sénégal, parlait de la famille au sens large, car pour lui, c’est cela la famille, comme il l’a ensuite précisé. Les autres étudiants parlaient de la famille nucléaire, qui souvent participe à la décision de partir, en aidant notamment économiquement ses enfants lorsque ceux-ci partent en migration.

3De cette situation de cours, que l’on peut a priori percevoir comme une simple anecdote, ressort une diversité sociale et culturelle qui a été présente tout au long de ces deux années de master et que j’ai eu l’opportunité d’expérimenter. Les salles de l'Université de Poitiers ont exercé le rôle d’une agora, où les débats et la participation active des étudiantes et des étudiants, ont été le canal d’expression essentiel de cette diversité, qui s’est manifestée à plusieurs niveaux.

4En premier lieu, ce débat sur la famille ne serait probablement pas né si tous et toutes venions d’un même pays, d’un même contexte (économique, historique et/ou social), puisque cette notion aurait probablement, pour l’ensemble des étudiants, une signification similaire. Dans mon cas, les effets d’une telle discussion ont été très clairement enrichissants et ont conduit à la reformulation du concept de famille et la remise en cause de certaines de mes postures, involontairement ethnocentristes - ou plus précisément “eurocentristes”.

5Ce climat de diversité est aussi le reflet de la variété des parcours universitaires des étudiants et étudiantes arrivés en master Migrations Internationales. Étant la seule journaliste de la promotion, j’ai pu m’enrichir des apports de mes camarades, influencés par leurs connaissances en histoire, géographie, sociologie ou médiation culturelle. Leurs différentes approches, associées aux enseignements pluridisciplinaires du master me permettent aujourd’hui d’être capable d’avoir une vision plus riche, plus complète et plurielle pour analyser un phénomène migratoire. Ainsi, le concept de famille tient désormais une place transversale dans la construction de mon mémoire de Master II sur la population syrienne fuyant la guerre – dans mes observations, dans mes entretiens, dans mes lectures et relectures, etc. – ; cette notion n'aurait pas eu une position si importante si je n'avais pas traité cette question en cours.

6Finalement, dans toute cette ambiance de diversité, les enseignants ont eu une mission indispensable. Ils nous ont donné les lignes directrices, nécessaires pour encadrer toutes ces expériences ou petites anecdotes, dans un cadre plus général et théorique. Grâce aux outils enseignés en cours, nous avons pu faire le dernier pas : glisser de ces différents vécus et points de vue personnels vers la construction d’un regard scientifique.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Alba Otero García, « D’une expérience (étudiante) de la diversité à la construction d’un regard scientifique », e-Migrinter [En ligne], 15 | 2017, mis en ligne le 24 avril 2017, consulté le 29 juin 2017. URL : http://e-migrinter.revues.org/825 ; DOI : 10.4000/e-migrinter.825

Haut de page

Auteur

Alba Otero García

Étudiante en master II Migrations internationales
oterogarciaalba@gmail.com

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Migrinter
  • Logo CNRS
  • Revues.org