Navigation – Plan du site
Vie du Labo

(Re)connaître le stade de peuplement actuel des grandes villes latino-américaines : Diversification des parcours des habitants et des échelles du changement urbain à Bogotá (Colombie)

Thèse soutenue le 6 juillet 2015 à l’Université de Poitiers
Guillaume Le Roux
Référence(s) :

Guillaume Le Roux (2015) (Re)connaître le stade de peuplement actuel des grandes villes latino-américaines : Diversification des parcours des habitants et des échelles du changement urbain à Bogotá (Colombie), Poitiers, Université de Poitiers, soutenance de thèse.

Texte intégral

1Cette thèse propose une analyse du changement urbain à partir du début des années 1990 à Bogotá. Elle centre l’analyse sur les phénomènes d’expansion spatiale, de redistribution des densités démographiques et sur les évolutions des divisions sociales de l’espace. Cette recherche montre que ces dynamiques urbaines se complexifient en mettant en jeu des échelles spatiales et des temporalités multiples. Cette thèse présente le rôle de premier plan des habitants en tant qu’acteurs de ces changements à travers leurs pratiques spatiales.

2Bogotá, capitale de la Colombie, est située au centre du pays à plus de 2 600 mètres d’altitude sur un plateau de la cordillère orientale. Bogotá a connu vers le milieu du XXème siècle une croissance démographique très rapide, sous l’effet de la transition démographique et de la transition urbaine, multipliant sa population par dix entre 1950 et aujourd’hui. Cette croissance s’est accompagnée d’une expansion spatiale de la ville très rapide et de divisions sociales très marquées entre un nord riche et un sud pauvre. Depuis quelques décennies, la croissance ralentit et repose de plus en plus sur des facteurs endogènes ; la croissance démographique de la ville s’explique davantage par la croissance naturelle de la population que par les migrations. De nombreux travaux sur l’organisation interne de Bogotá et sur les mobilités spatiales tendent à montrer, au début des années 1990, les signes d’une complexification des dynamiques urbaines de Bogotá.

3Le développement théorique de la thèse débouche sur la construction de la notion de « stade de peuplement ». Celle-ci permet de donner un sens à cette complexification et de rendre intelligible à l’échelle de l’agglomération des transformations qui se jouent dans ses diverses parties. Cette notion se centre sur les habitants, acteurs du changement urbain, et permet d’appréhender l’évolution d’une ville :

  • selon une décomposition d’échelles temporelles, allant de processus longs, tels que l’avancée dans la transition démographique et la transition urbaine, aux temps de la succession des générations, de la vie des individus et de leurs pratiques spatiales ;

  • et les évolutions selon une décomposition d’échelles spatiales : l’agglomération, ses grandes parties, ses différents quartiers.

4L’objectif de cette entrée est de montrer dans quelle mesure une approche globale et biographique des mobilités spatiales permet de mieux comprendre les évolutions des formes urbaines (étalement urbain, répartition des densités démographiques, divisions sociales de l’espace) au fur et à mesure du développement d’une ville et de son avancée dans différents processus macroscopiques.

  • 1 Ces enquêtes ont été réalisées en 1993 dans le cadre d’un projet CEDE-ORSTOM (La movilidad de las p (...)

5Dans cette thèse, un corpus de données particulièrement rare a été exploité : deux enquêtes biographiques sur les mobilités spatiales réalisées à Bogotá à seize ans d’écart1 (1993 et 2009), et des données de recensement géolocalisées (1993 et 2005). Les deux enquêtes ont suivi une méthodologie comparable et ont abouti pour chacune à la collecte de questionnaires auprès d’environ mille ménages répartis dans une dizaine de zones d’enquête. La démarche d’analyse mise en place pour étudier le stade de peuplement de Bogotá consiste, en articulant ces sources, en un aller-retour entre l’échelle globale de l’aire métropolitaine de Bogotá et l’échelle locale de quartiers qui illustrent des dynamiques particulières.

6La première partie de résultats s’en tient à l’échelle globale de l’aire métropolitaine de Bogotá et présente un diagnostic précis des dynamiques urbaines sur la période intercensitaire 1993-2005. À partir de traitements statistiques et cartographiques appliqués aux données de recensement, cette partie montre une complexification des dynamiques urbaines de Bogotá caractéristique du stade de peuplement dans lequel la ville entre depuis les années 1990. Globalement, ces années marquent un tournant dans les modalités de développement de la ville. Celle-ci passe d’un dispositif d’expansion par nouveaux lotissements en périphérie à un dispositif plus complexe où se mêlent différentes formes de transformation et d’échelles spatiales en jeu. Ces transformations vont du lotissement de grands terrains périphériques, qui ont pour effet de renforcer des divisions sociales à l’échelle de quartiers entiers, à des processus plus fins de densification au sein des îlots et des parcelles déjà construits, qui ont des conséquences diverses sur les divisions sociales de l’espace.

7La deuxième partie des résultats met à contribution les enquêtes biographiques de 1993 et 2009. Elle développe une analyse du stade de peuplement de Bogotá à partir des pratiques de mobilité spatiale des habitants. Elle permet de mettre en évidence des mécanismes qui aboutissent aux évolutions des dynamiques urbaines identifiées dans la partie précédente, en faisant dialoguer échelles globales et locales. Ces analyses sont réalisées dans différents quartiers du centre, des espaces intermédiaires et des périphéries. Les résultats montrent que le stade de peuplement actuel de Bogotá se caractérise par une diversification des parcours migratoires et résidentiels intra-urbains. On observe :

  • un renforcement des parcours résidentiels locaux ;

  • à l’autre extrême un maintien de parcours résidentiels intra-urbains étendus spatialement ;

  • et enfin, une augmentation relative des parcours migratoires complexes dans des contextes de plus en plus lointains, urbains ou dans des pays plus variés.

8Cette diversification des expériences vécues par les habitants contribue localement et globalement à la recomposition des espaces urbains.

9Pour résumer, cette thèse met en évidence l’avancée de Bogotá, depuis les années 1990, dans un stade de peuplement caractérisé par un renforcement des pratiques spatiales de proximité qui accompagne des processus de densification de l’espace urbanisé et de maturation des périphéries. Ce stade s’inscrit en rupture avec la période de forte expansion spatiale où la configuration de l’offre contraignait les ménages à déménager loin de leur ancien logement. Les reconfigurations de l’offre de logements, de transport contribuent dans le même temps à la redistribution de ménages aux expériences résidentielles et migratoires de plus en plus diversifiées. Ces expériences contribuent à la construction des choix résidentiels des ménages, ces derniers étant attirés par les caractéristiques des logements neufs ou par des localisations particulières, notamment par rapport à l’accessibilité du quartier, son environnement ou son image. Bogotá progresse également dans un processus de transformation partiel de son parc ancien qui impulse des recompositions, entre vieillissement démographique et renouvellement du peuplement, et ce, à des échelles de plus en plus diverses.

10Un des apports de cette thèse consiste à montrer que les dynamiques démographiques aux échelles nationales et métropolitaines jouent un rôle important dans les évolutions des formes urbaines. L’avancée d’un pays dans la transition démographique et la transition urbaine contribue non seulement à des changements de composition de la population des grandes villes, mais transforme aussi progressivement les expériences des habitants de ces villes et, en conséquence, leurs comportements de mobilité dans l’espace urbain. L’approche en termes de stade de peuplement permet donc d’apporter un éclairage sur les théories d’évolution des formes urbaines. Elle est complémentaire d’approches centrées sur d’autres acteurs ou d’autres facteurs du changement urbain, politiques ou économiques ainsi que d’approches fines, centrées sur des quartiers ou des processus particuliers, tels que la gentrification ou la maturation des périphéries.

Haut de page

Notes

1 Ces enquêtes ont été réalisées en 1993 dans le cadre d’un projet CEDE-ORSTOM (La movilidad de las poblaciones y su impacto sobre la dinámica del área metropolitana de Bogotá) et en 2009 dans le cadre du projet METAL (Métropoles d’Amérique latine dans la mondialisation : reconfigurations territoriales, mobilité spatiale, action publique, qui porte sur Bogotá, Santiago et Sao Paulo).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Guillaume Le Roux, « (Re)connaître le stade de peuplement actuel des grandes villes latino-américaines : Diversification des parcours des habitants et des échelles du changement urbain à Bogotá (Colombie) », e-Migrinter [En ligne], 14 | 2016, mis en ligne le , consulté le 21 septembre 2017. URL : http://e-migrinter.revues.org/692

Haut de page

Auteur

Guillaume Le Roux

Docteur en géographie, MIGRINTER - UMR 7301 CNRS / Université de Poitiers
guillaumeleroux14@gmail.com

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Migrinter
  • Logo CNRS
  • Revues.org