Navigation – Plan du site
Vie du Labo

Les migrants, acteurs transnationaux du développement : les associations haïtiennes en France et jamaïcaines au Royaume-Uni

Thèse soutenue le 2 décembre 2013 à l’Université de Poitiers
Clara Rachel Eybalin Casséus
p. 91-93
Référence(s) :

Clara Rachel Eybalin Casséus (2013) Les migrants, acteurs transnationaux du développement : les associations haïtiennes en France et jamaïcaines au Royaume-Uni, Poitiers, Université de Poitiers. Soutenance de Thèse

Texte intégral

1Cette thèse porte sur l’analyse de la dynamique transnationale des pratiques associatives de migrants et de leur contribution au développement local de deux pays d’origine (Haïti et la Jamaïque). Elle a permis d’établir des parallèles entre des expériences de migrants situées dans des cadres socio-institutionnels et culturels à la fois convergents et différents (France, Royaume-Uni, etc.). Les associations de migrants ont constitué le socle de notre étude et ont été le point central d’un travail autour duquel se sont agrégés tous les éléments de notre recherche. Alors qu’elles bénéficient d’une reconnaissance accrue de la part des décideurs politiques partageant des objectifs communs dans le pays d’origine et le pays d’accueil, ces associations n’avaient pas été jusqu’à ce jour l’objet d’une véritable recherche académique sous l’angle que nous privilégions ici.

2Notre approche comparative porte sur deux pays qui sont d’anciennes puissances coloniales et replace dans une perspective historique le lien entre migration et fait colonial. Elle illustre des spatialités évolutives, des dynamiques migratoires et associatives différenciées, avec des stratégies de survie pour certains et une réussite sociale pour d’autres, des pratiques religieuses, un modèle de famille élargie et de solidarité lié à des processus de transnationalité et de diasporisation des sociétés haïtienne et jamaïcaine.

3Déclinée en trois parties, cette thèse montre au cœur d’un dispositif qui lie responsables locaux du pays d’origine et élus de la société d’accueil mettant en interaction différentes formes d’intervention de l’État d’origine, comment ce dernier peut agir et avoir un rôle incitatif, en favorisant la participation de cette communauté transnationale ou encore en coordonnant des actions des associations de migrants ?

4La première partie dresse d’abord un panorama des éléments contextuels propres aux pays de départ, en traitant de la migration caraïbéenne qui associe mobilité sociale et spatiale transnationale, pour progressivement arriver à la situation sociopolitique et économique spécifique de la Jamaïque et d’Haïti. Ces deux pays, séparés par un bras de mer (Passage de la Jamaïque) et, confrontés à d’énormes disparités économiques dans le Bassin caraïbéen, génèrent des flux migratoires substantiels tant dans la région que vers des pôles nord-américains et européens (France, Grande-Bretagne). Cette mise en perspective large permet ensuite d’aborder les liens postcoloniaux et les enjeux économiques de ces migrations vers la France et le Royaume-Uni. Puis, nous posons le contexte français et britannique dans lequel les associations sont amenées à apparaître et à se développer, avant d’engager une discussion sur l’émergence de la « communauté », source d’appartenance réelle ou supposée, et les facteurs expliquant la mobilisation collective de projets de développement au pays natal.

5La deuxième partie analyse les différents processus d’insertion des Jamaïcains et des Haïtiens mis à jour dans le champ associatif transnational. Nous revenons ici à la dynamique associative en la décomposant dans son processus observé sur le terrain ici et là-bas. L’articulation de l’appartenance au territoire s’exprime dans l’analyse détaillée de plusieurs associations actives dans le sud d’Haïti à partir des départements français d’Amérique (DFA). L’action d’une association d’origine jamaïcaine à Birmingham permet de mieux comprendre comment le religieux (affiliation pentecôtiste) sert à structurer des comportements communautaires en lien avec une identité afro-caraïbéenne et montre en quoi le réseau social transnational apparaît comme poumon essentiel du développement local. Nous entrons dans l’analyse proprement dite des données en nous intéressant à la façon de passer d’une ressource individuelle à un capital collectif, et du poids des remises aux familles à l’engagement associatif. La question d’une déterritorialisation de la citoyenneté aide à replacer le rôle de la diaspora dans sa participation active au développement du pays d’origine. Notre détour par la commune des Abricots (département de la Grande Anse, Haïti) explore un cadre « semi » décentralisé où des actions au niveau de la collectivité territoriale peuvent être coordonnées entre une association de l’Oise et une municipalité. Deux types de politiques, l’une issue d’initiatives inscrites dans un programme de codéveloppement (Strasbourg, France), s’appuyant sur l’association Hibiscus, l’autre portée par le Department for International Development (DFID) au Royaume-Uni, contrastant avec celle précédemment mentionnée, rendent légitime l’acteur associatif.

6La troisième partie traite de l’articulation du triptyque espace associatif/État/participation citoyenne pour un développement local. La science politique et la géographie conduisent notre démarche dans une approche pluridisciplinaire allant du contexte régional caraïbéen au transnational pour arriver à l’échelle locale. À ce niveau, trois réalités liées aux notions de citoyenneté, d’État et de diaspora s’entremêlent et interagissent. La question migratoire est alors abordée comme une forme de politique diasporique. Il est question ici de l’exercice d’une influence par migrants interposés. Nous traitons du fait migratoire dans la perspective des pays de départ et sous l’angle de politiques diasporiques. Dans un regard croisé entre les cadres institutionnels haïtien et jamaïcain, nous abordons les facteurs qui peuvent expliquer la nature du rapport entre État et diaspora. Logique migratoire et logique financière apportent un éclairage sur des aspects différenciés de la relation migrant/État d’origine  : objet d’une véritable collaboration dans le cadre d’une stratégie étatique jamaïcaine auprès d’entrepreneurs privés au Royaume-Uni ou expression d’une simple reconnaissance de l’État haïtien dans le cas d’une initiative associative d’Haïtiens de la Guyane. L’activisme politique est une des formes de mobilisation porteuse dans l’investissement du migrant ailleurs et dans sa capacité à bousculer la notion de citoyenneté ici et là-bas.

7Le triptyque proposé espace associatif/État/participation citoyenne répondait à une alternative de développement local s’appuyant sur la structure associative du migrant en lien avec les pouvoirs locaux. Le contexte post-séisme haïtien s’est révélé être un détonateur pour une prise de conscience réelle du cadre décentralisé comme espace de concertation où peuvent se conjuguer des formes collectives d'entraide rurale et urbaine. Mais cet espace (pour vivre et s’épanouir) a besoin de la médiation du migrant, vecteur des échanges et des partenariats avec l’extérieur. Le séisme a également constitué un tournant conduisant à dégager de nouvelles configurations et révéler le jeu de nouveaux acteurs renforçant ou diminuant l’espace des associations de migrants. Nous nous sommes interrogée sur la légitimité et l’efficacité des multiples intervenants sur le terrain au regard – et parfois au détriment – du rôle dévolu et reconnu aux associations de migrants par les pouvoirs publics et les instances régionales et internationales dans la gestion de cet épisode dramatique. La relative marginalisation du migrant-acteur a nourri notre réflexion sur des stratégies d’action collective à distance s’inscrivant dans un cadre à la fois national, transnational et local.

8Du début à la fin de notre terrain, le constat de la déficience des théories du développement, impuissantes à expliquer et à changer la réalité rendait nécessaire une réflexion débouchant sur un modèle plaçant le migrant au cœur d’un dispositif utile au développement du pays d’origine. Entre l’association de migrants, « matrice des ressources des migrants » et l’État, peut se créer un partenariat véritable, tributaire de la relation existante entre les deux parties, mettant en action une citoyenneté revisitée vis-à-vis d’un État devenant diasporique dans le cas jamaïcain.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Clara Rachel Eybalin Casséus, « Les migrants, acteurs transnationaux du développement : les associations haïtiennes en France et jamaïcaines au Royaume-Uni », e-Migrinter, 12 | 2014, 91-93.

Référence électronique

Clara Rachel Eybalin Casséus, « Les migrants, acteurs transnationaux du développement : les associations haïtiennes en France et jamaïcaines au Royaume-Uni », e-Migrinter [En ligne], 12 | 2014, mis en ligne le , consulté le 19 octobre 2017. URL : http://e-migrinter.revues.org/371

Haut de page

Auteur

Clara Rachel Eybalin Casséus

Chercheur indépendant BA, International Politics MPA Strategic Public Policy MA, International Affairs & Sociology Ph.D. Political Geography
rceus777@yahoo.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Migrinter
  • Logo CNRS
  • Revues.org