Navigation – Plan du site
Dossier
3ème partie

Qui bouge, qui reste dans le couple ?

Les sens de l’immobilité
Nathalie Ortar
p. 94-102

Résumé

Que la raison de la mobilité géographique dans notre étude soit liée à des logiques de carrière, des choix de vie et/ou des choix résidentiels et familiaux, la surreprésentation masculine ouvre de nombreuses hypothèses explicatives sur les attentes que continuent d’avoir les entreprises sur l’un et l’autre sexe, le poids de l’assignation sociale à des rôles sexués notamment en ce qui concerne la maternité et la paternité, l’arrivée des enfants, les différences de carrière homme/femme, mais aussi sur les différentes conceptions que semblent avoir les hommes et les femmes de leur projet de vie.

Haut de page

Texte intégral

1Nous aborderons tour à tour le cas où la conjointe conserve le même lieu de résidence, celui des mobilités successives, des femmes travailleurs mobiles, pour terminer par un questionnement sur le poids de l’assignation à être mobile pesant sur les hommes.

2Le présent papier est issu d’une recherche menée auprès de couples bi-actifs avec enfant(s) dont au moins un des conjoints, pour des raisons professionnelles, fréquente plusieurs lieux de vie et passe habituellement des nuits à l’extérieur du domicile familial. Le but était de faire émerger les paradoxes de la mobilité exacerbés par la présence d’enfants au foyer, afin de favoriser l’analyse des tensions et le continuum entre ancrage et différents types de mobilité observés dans la durée des trajectoires résidentielles familiales ; cette analyse s’inscrit dans le prolongement de précédents travaux sur le périurbain (Ortar, 2005). En effet, les couples sont enjoints à plusieurs types de mobilité : résidentielle, géographique, professionnelle, voire sociale. Notre hypothèse est que les réponses apportées varient selon le genre, la situation et position professionnelle de chacun des conjoints, le type d’emploi occupé, l’âge des enfants, l’existence d’ancrages familiaux et/ou résidentiels et la façon dont ces ancrages sont gérés au sein du couple et donc selon les identités spatiales autant que sociales et professionnelles des individus et leur possible redéfinition.

Méthodologie

3Nous avons rencontré des travailleurs mobiles au sein d’un large spectre de professions (cadres, employés du public ou du privé, artisans ou ouvriers), tout en tenant compte de la variété de leurs trajectoires résidentielles et migratoires. C’est dans cette dernière optique que nous avons aussi consacré tout un pan de notre étude à des familles de travailleurs mobiles anglophones récemment installées en France. Notre corpus est constitué de quarante-deux entretiens semi-directifs menés auprès de travailleurs mobiles identifiés par relation, via la méthode boule de neige, ou grâce à des forums de discussion sur Internet. Vingt-six couples dont onze anglophones ont ainsi été rencontrés, de même que quatre parents divorcés.

Rappels bibliographiques

4En 2000, les femmes constituent 49 % des migrants dans le monde (Zlotnik, 2003). C’est par l’étude de la place des femmes là où on ne les attendait pas, c’est-à-dire dans la sphère du travail, que leur importance numérique dans les cas de migration a pu être révélée (Catarino, Morokvasic, 2005). Ces travaux présentent un prisme tronqué dans la mesure où ils se sont surtout intéressés aux professions peu qualifiées entourant les soins à la personne et peu aux immigrés qualifiés ; ils témoignent néanmoins de l’importance des femmes dans les circulations, un résultat loin de correspondre à ceux de notre enquête.

5Par rapport à notre objet d’étude, la mobilité de couples bi-actifs, l’étude menée par Norbert Schneider et Beate Collet en Europe révèle qu’un couple sur cinq est affecté par la mobilité (25 %) contre 17 % lorsqu’un seul des conjoints travaille, la bi-activité accroît la probabilité que l’un des conjoints soit un travailleur mobile. Dans seulement 3 % des cas, les deux conjoints sont des travailleurs mobiles. Toujours dans la même étude, Bernard Collet et Andrea Dauber (2010) relèvent la différence de profil socio-démographique entre les hommes et les femmes : le groupe des femmes est un peu plus jeune et éduqué que celui des hommes et majoritairement sans enfants, même si de fortes différences nationales existent, laissant présumer que les rôles familiaux et genrés ont toujours des contenus différents en Europe. Ainsi, entre la France et la Grande-Bretagne on peut relever la plus grande discontinuité des carrières féminines britanniques (Kempeneers, Lelièvre, 1991). La mobilité géographique professionnelle est donc, contrairement au fait migratoire et malgré l’attestation de « savoir-circuler » féminins, essentiellement masculine. Les entreprises continuent d’exercer un frein à la mobilité géographique des femmes en anticipant négativement la maternité, en particulier pour les cadres supérieurs des entreprises (Schweitzer, 2009), tandis que les pères de famille continuent de recevoir un appui affirmé de ces mêmes entreprises (Gadéa, Marry, 2000).

6Dans le paysage français de la mobilité professionnelle interne et externe, la mobilité des deux conjoints se réduit après la naissance du premier enfant, avec un différentiel en défaveur des femmes (14 % pour les couples sans enfant, 12,1 % contre 10 % à l’arrivée du premier enfant, 10,1 % contre 8,8 % à la naissance du deuxième) (Amossé, 2003). Dans sa recherche sur la délocalisation après fermeture d’une usine, Cécile Vignal (2005) note que, confrontés au changement, les hommes acceptent plus de bouger, tandis que les femmes restent pour conserver leur emploi, mais aussi et surtout pour maintenir les liens familiaux.

7Ce cas est celui où l’homme est le pourvoyeur principal de revenus, la femme est celle qui assure le maintien du réseau de parentèle mais aussi dans la survie économique des maisonnées (Schwartz, 1990 ; Weber, 2002). Cette organisation classique de la famille n’est pas propre au milieu ouvrier même si les modalités de négociation fluctuent en fonction du diplôme des femmes et de leur capacité à le rentabiliser.

Mobilités successives

8L’éloignement progressif du monde du travail produit par l’enchaînement des congés parentaux a autant joué que la séparation stricte des rôles au sein du foyer qui s’observe dans la grande majorité des couples (Pailhé, Solaz, 2009) accentuée ici par l’absence répétée de l’un des conjoints.

9Cette trajectoire est révélatrice des tensions entourant l’emploi des femmes et du rendement différentiel des diplômes selon le sexe et le statut matrimonial dont les femmes ressortent pénalisées (Singly, 2002).

10Pour les femmes confrontées à deux types de mobilité, professionnelle et résidentielle, de façon concomitante ou alternée, la mobilité résidentielle est plus lourde à gérer sur le long terme que la mobilité géographique de leur conjoint. Si l’une fait peser un poids accru sur le quotidien, l’autre déstructure leur ancrage professionnel.

11Le statut et le diplôme ne changent fondamentalement rien à la répartition des rôles (Marry, 2004). Si ces femmes disent bénéficier du support et de l’appui de leur conjoint pour leur carrière, elles restent les organisatrices du quotidien.

Femmes travailleurs mobiles

12Le fait que la mobilité ait été souhaitée transitoire lorsqu’elle débute n’est en rien spécifique. Ce qui l’est plus est la façon de la gérer, en reprenant totalement son rôle de mère et de gestionnaire lors de chacun de ses temps de présence, quitte à ce que cela soit source de frictions avec son conjoint.

13Cette mobilité de femmes plus âgées, qu’elle soit motivée par des raisons de carrière ou d’intérêt professionnel, s’articule autour de charges familiales, notamment le maintien d’un lien auprès de jeunes adultes.

Une mobilité masculine choisie ou imposée ?

14Le déménagement des femmes pour cause professionnelle ne s’accompagne pas d’une remise en question des rôles familiaux, aussi la mobilité géographique de l’homme peut-elle être induite par celle professionnelle de la femme.

15La question du salaire interroge jusqu’à quel point les femmes ne se servent pas aussi d’une domination et d’une discrimination pour en naturaliser une autre : l’éloignement de l’homme du foyer, la poursuite de ses rôles « naturels » de pourvoyeur ? Il n’est pas dit que dans ce jeu de rôles où chacun profite de sa position pour renvoyer l’autre dans la reproduction de ses fonctions, l’homme gagne à devoir être mobile.

Conclusion

16Que ce soit en relation avec une mutation, pour des choix professionnels ou de vie, les femmes sont aussi celles qui imposent une mobilité à leur conjoint lorsqu’elles-mêmes migrent avec les enfants ou refusent de migrer.

17Si, dans les cas où ce sont elles qui ont obtenu une mutation, elles sont nettement plus diplômées que la moyenne, le diplôme ne semble pas avoir de rôle lorsqu’elles décident de ne pas suivre leur conjoint. La part d’assignation des rôles sociaux apparaît très forte ici, autant pour l’homme que pour la femme, de même que, paradoxalement, se remarque la plus grande liberté de l’épouse de pouvoir choisir de partir avec ses enfants et laisser son conjoint effectuer la navette.

18Que les femmes soient les organisatrices du quotidien familial leurs laissent ainsi la possibilité d’assumer des choix et de rester avec leurs enfants, même si ces choix sont perçus comme des comportements hors norme, témoins de « la force persistante des rapports sociaux de genre qui se cristallisent dans la sphère privée autour de l’enfant » (Singly, 2002 : 204), mais aussi de la fragilité de la place des hommes dans les nouveaux contours familiaux qui se dessinent.

Haut de page

Bibliographie

Catarino, Christine ; Morokvasic, Mirjana (2005) Femmes, genre, migration et mobilités, Revue européenne des migrations internationales, vol. 21, n° 1, pp. 7-27.

Gadéa, Charles ; Marry, Catherine (2000) Les pères qui gagnent : descendance et réussite professionnelle chez les ingénieurs, Travail, genre et sociétés, n° 3, pp. 109-136.

Gojard, Séverine (2010) Le métier de mère, Paris, La Dispute, 222 p.

Kempeneers, Marianne ; Lelièvre, Eva (1991) Emploi et famille dans l’Europe des Douze, Commission des communautés européennes, Bruxelles, 187 p.

Marry, Catherine (2004) Les femmes ingénieurs. Une révolution respectueuse, Paris, Belin, 288 p.

Pailhé, Arianne ; Solaz, Anne (2009) Les ajustements professionnels des couples autour des naissances : une affaire de femmes ?, in Pailhé, A. ; Solaz, A. (eds) Entre famille et travail. Des arrangements de couples aux pratiques des employeurs, Paris, La Découverte, pp. 167-186.

Schneider, Norbert ; Collet, Beate (eds) (2010) Mobile Living Across Europe I et II. Causes and consequences of job-related spatial mobility in cross-national comparison, Opladen and Farmington Hills, Barbara Budrich Publishers, 356 p.

Schwartz, Olivier (1990) Le monde privé des ouvriers. Hommes et femmes du Nord, Paris, PUF, 531 p.

Schweitzer, Sylvie (2009) Du vent dans un ciel de plomb ? L’accès des femmes aux professions supérieures, XIXe-XXe siècles, Sociologie du travail, n° 183, pp. 183-198.

Singly, François de (2002) Fortune et infortune de la femme mariée, Paris, PUF, 246 p.

Vignal, Cécile (2005) Injonctions à la mobilité, arbitrages résidentiels et délocalisation de l’emploi, Cahiers internationaux de sociologie, vol. 118, pp. 101-117.

Weber, Florence (2002) Pour penser la parenté contemporaine, in Debordeaux, D. ; Strobel, P. (eds.) Les solidarités familiales en questions. Entraide et transmission, Paris, LGDJ, pp. 73-106 (Droit et société, 34).

Zlotnik, Hania (2003) The global dimension of female migration, Migration Information source [en ligne, réf. du 4 mai 2012] URL : <http://www.migrationinformation.org/feature/display.cfm?ID=109>.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Nathalie Ortar, « Qui bouge, qui reste dans le couple ? », e-Migrinter, 11 | 2013, 94-102.

Référence électronique

Nathalie Ortar, « Qui bouge, qui reste dans le couple ? », e-Migrinter [En ligne], 11 | 2013, mis en ligne le , consulté le 23 avril 2017. URL : http://e-migrinter.revues.org/298 ; DOI : 10.4000/e-migrinter.298

Haut de page

Auteur

Nathalie Ortar

CR ENTPE LET (Laboratoire d’Économie des Transports)
nathalie.ortar@entpe.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Migrinter
  • Logo CNRS
  • Revues.org